La démarche coopérative considère les enfants et les jeunes comme des partenaires actifs, associés à toutes les décisions qui les concernent.

Cette démarche se réfère à un certain nombre de valeurs comme l’écoute, le respect de l’autre, le partage, l’entraide, la solidarité, la responsabilité, l’autonomie, la coopération...

L’école peut ainsi devenir, pour et avec les élèves, un lieu de vie démocratique, où chacun pourra s’épanouir, apprendre, se former et réussir.


Mises en place du conseil de coopérative (d’après "Pour une méthode coopérative d’Éducation". Ouvrage en vente ou prêt à l’OCCE) Le conseil de coopérative est le moteur de la classe coopérative. Il est donc le lieu où les membres... organisent les activités de la classe, la vie du groupe et gèrent l’entreprise classe (projets). Son rôle, sa fonction, sa mise en place Ils dépendent des conditions d’autonomie des enfants, liées à leur âge et à leur expérience.

  • A la maternelle et au CP, le conseil est donc limité à des choses simples, comme le règlement d’un petit conflit, des mini-projets ou des contrats (liés aux apprentissages) ne dépassant pas quelques minutes.
  • Au CE, les conseils sont généralement fréquents et courts. Puis, au fil des ans, ils peuvent passer de quotidiens à bihebdomadaires pour arriver, au CM, à la pratique habituelle : une réunion hebdomadaire à jour fixe... (1h à 1h30 en moyenne). A ces réunions régulières s’ajoutent quelque fois des conseils du soir... (bilan rapide de la journée). Enfin, le conseil extraordinaire se réunit quand le besoin s’en fait sentir...

Le contenu et le rôle des conseils de coopérative

Ils sont très variables selon les classes. On peut cependant retenir une certaine permanence dans les ordres du jour... même si ceux-ci ne sont pas toujours présents :

  • L’organisation et l’évaluation du travail et des activités de la classe : travail individuel et collectif, plans de travail et contrats, ... correspondance, journal scolaire, enquêtes, ... et organisation des ateliers, des responsabilités...
  • Les règles de vie, les relations et les conflits de la classe...
  • La gestion de l’"entreprise" et la réalisation des projets...
  • La gestion financière de la coopérative (budget, comptes...)...
  • La mise en place de projets (fêtes, classes de découvertes...).

L’ordre du jour

Pour le conseil extraordinaire, le sujet de discussion découle des raisons qui ont motivé sa "convocation".

Pour le conseil ordinaire, dont le bon déroulement est souvent fonction de la préparation de l’ordre du jour, trois orientations sont possibles :

  • L’animateur du conseil établit l’ordre du jour après s’être renseigné auprès de ses camarades.
  • C’est le bureau qui, en fonction des besoins et des propositions recueillies, établit l’ordre du jour.
  • Dans la plupart des cas, les propositions sont faites par les élèves individuellement, l’ensemble des propositions formant l’ordre du jour...

Une feuille circule, sur laquelle chacun note ses propositions. Celles-ci sont notées tout au long de la semaine, sur le cahier de conseil, sur le tableau mural ou un panneau. Les enfants déposent leurs propositions dans une "boîte à questions".

Le fait de noter, par exemple, un problème de vie de groupe, ... et de le renvoyer à la réunion du conseil permet souvent à l’enfant de se décharger de son problème et d’amorcer sa solution.

Dans tous les cas, ce sont les propositions des membres du groupe qui forment l’ordre du jour. Le déroulement, malgré de nombreuses variantes, les conseils de coopératives procèdent de la même méthode : propositions, discussions, décisions, organisation et mise en œuvre, évaluation...

La règle, c’est la liberté d’expression, c’est donc aussi le droit de critiquer et de se faire critiquer et de proposer. L’animateur ou le président ouvre la séance et anime les débats.

À consulter